Accès à la RN296 : du neuf POSITIF

Une première victoire.

RN296 Entrée Nord depuis Puyricard

RN296 Entrée Nord depuis Puyricard

Le 24 novembre 2014, nous réussissons enfin, après 3 ans d’efforts auprès de la mairie et de la sous préfecture, à obtenir la remise en place de la « petite » bretelle d’accès à la RN296 depuis Puyricard, mais seulement « à titre expérimental ». Cet aménagement, très apprécié par les usagers, ayant été jugé concluant par la DIRMED, elle a été autorisée à le rendre durable. C’est donc définitif depuis février 2015.

Restait aussi à faire avancer l’échangeur lui-même et les accès des riverains, dont la problématique est la suivante.

La RN296 est la partie non « autoroutière » de l’A51 ; elle est de ce fait dangereuse pour un trafic journalier de 70.000 véhicules. Entre Corsy au Sud et Les Platanes au Nord, il n’y a pas de bretelles d’accès ou elles ne sont pas règlementaires ; les riverains ont des accès directs périlleux. Enfin, la priorité accordée à la sortie Sud de la RN296 sur la D14 en rend l’intersection très dangereuse et crée une queue de 500m le soir à partir du centre ville.

S’est ajouté à ce besoin de sécurisation, celui d’un accès « possible » pour les cars de la CPA en direction de Venelles à partir du P+R Brunet.

Depuis 2002, les CIQ de Puyricard et Brunet demandent un réaménagement de cet échangeur qui satisfasse les besoins exprimés plus haut. Les choses ont réellement commencé à avancer depuis que les besoins de la CPA se sont ajoutés à ceux des usagers locaux et que nous nous sommes adressés directement au préfet avec l’appui des députés élus.

Une seconde victoire.

Et aujourd’hui nous pouvons annoncer que ce réaménagement de la RN296 devrait se faire dans les années qui viennent.

WM-DREAL-ProjetEchEntremont-120315L’échangeur de Puyricard est inscrit depuis le début de l’année dans le Contrat de Plan Etat – Région 2015 – 2020 signé ce 29 mai à Marseille. La RN296 va devenir une « voie expresse », c.à.d. une voie avec de vraies bretelles d’entrée et sortie de type autoroutier ; un rond point Sud va gérer les flux avec la D14 ; un élargissement du pont en direction de Venelles ; les désenclavements de tous les riverains depuis Oli Provence.

Cela signifie que nous obtiendrons une réponse à tous nos besoins vers 2019 ou 2020. Cela peut sembler long, mais l’investissement est lourd (18M€) et des procédures d’enquête publique et de déclaration d’utilité publique seront nécessaires, ce qui explique ces délais.

Enfin la sécurité de tous va être assurée et la fluidité des déplacements améliorée.

M.Warrot, Responsable de la Commission Circulation et Voirie.

Du neuf POSITIF pour les accès à la RN296, en bref

Il nous a fallu 3 ans d’efforts pour que l’entrée Nord sur la RN296 depuis Puyricard soit dotée d’une bretelle qui facilite et sécurise l’accès en direction du Sud. C’est fait depuis février 2015 et chacun se félicite d’une fluidité enfin trouvée.

C’est après plus de dix ans d’efforts, que nous obtenons un réaménagement planifié pour la RN296. Cette dernière disposera d’accès « autoroutiers » ; un rond point Sud gérera les flux d’entrée et sortie avec la D14 ; les accès directs des riverains seront supprimés et remplacés par des désenclavements. Mise en œuvre : d’ici 2019-2020.

Du neuf pour la rue de l’Enclos

Les bus et la rue de l’Enclos à Puyricard.

La Commission Transports du CIQ de Puyricard, consciente du nombre important de passages de bus par la rue de l’Enclos a sollicité, dès le mois d’octobre 2014, les services de la Communauté du Pays d’Aix..

 Car s’il est vrai que bénéficier de bus à Puyricard impose qu’ils passent quelque part, un nombre excessif doit être évité en raison des nuisances créées.

Lors de cette réunion, des modifications de tracés des lignes L11, L12 et L13 avaient été envisagées. Les services techniques de la CPA devaient en étudier la faisabilité.

Ce jour même, nous avions obtenu un accord de principe pour une diminution des passages de la L11, qui passaient 2 fois pour un même service. Un seul passage, par service représente une quarantaine de bus en moins par jour par la rue de l’Enclos. Cette mesure devait être appliquée dès janvier 2015, mais elle ne l’a été qu’après les vacances de février 2015.

Le « Collectif des habitants de la rue de l’Enclos » a alerté la commission par mails pour signaler les problèmes de nuisance et de sécurité dus au passage excessif des bus (200 par jour), à la voirie inadaptée et à l’infrastructure (trottoirs, passage pour piétons……).

La Commission Transports n’a pu prendre en compte que la question des bus, une autre commission du CIQ étant habilitée pour la voirie.

L’accident du bus, le 30 décembre 2014 qui a percuté un véhicule à l’arrêt a accru l’inquiétude. Malgré les dégâts matériels importants, il n’y a pas eu de victime, bien heureusement !

Le « Collectif des habitants de la rue de l’Enclos » a fait part de ses soucis à la municipalité et à la CPA.

Il a été reçu par la CPA qui a signalé que le CIQ était l’interlocuteur privilégié.

Bien que la Commission Transports ait déjà sollicité la CPA pour remédier aux difficultés, elle a organisé, dans l’urgence, une réunion avec le « Collectif» le vendredi 8 mai 2015 (Jour férié)

La Commission Transports a pu ainsi confirmer son soutien aux habitants de la rue de l’Enclos.

Des modifications de trajets, déjà prises par la Commission Transports, ont été exposées et ont obtenu un consensus. Ces propositions de trajet ont été envoyées à la CPA pour validation.

Ce sont:

  • Au retour depuis Célony, au lieu de traverser la rue de l’enclos, passage au Sud par l’avenue Jacques de Régis, puis avenue de Palerne, jusqu’au terminus.
  • Au départ vers Célony : du terminus vers l’arrêt Salle des fêtes, puis avenue de la Touloubre, remontée par avenue Jacques de Régis, puis les Palombes.

Le CIQ a proposé que ces adaptations soient « testées » pendant les vacances d’été pour sécuriser le parcours et en profiter plus rapidement.

Lors de la réunion publique du 2 juin en mairie, la CPA a annoncé l’acceptation de ces modifications à partir de septembre 2015. Le trajet départ depuis Puyricard vers Célony reste à définir : soit passage par l’avenue de la Touloubre, soit passage en retour par le boulevard de Palerne, avant de remonter l’avenue Jacques de Régis.

Dès que cela sera figé, le CIQ vous tiendra au courant du trajet retenu par la CPA.

La Commission Transports renouvelle au « Collectif des habitants de la rue de l’enclos » son souhait de continuer à collaborer étroitement et activement.

Josette Poussin, Responsable de la Commission Transports du CIQ de Puyricard

Le PLU, où en est-on au 25 mai 2015 ?

Après la fin le 30 janvier 2015 de l’enquête publique sur le projet de PLU, chacun peut maintenant consulter, à la mairie ou sur internet, les conclusions des commissaires enquêteurs, .

A de rares exceptions près et sur des points très limités, les commissaires enquêteurs se prononcent clairement en faveur du projet voté le 30 juillet 2014 en Conseil Municipal d’Aix-en-Provence.

Que peut-on faire maintenant pour les très nombreuses remarques ( plus de mille) déposées par les Puyricardens ?

Pour l’instant, en dehors des contestations individuelles exprimées par écrit lors de l’enquête publique, peu de choses, sauf à contester par écrit auprès de la mairie la réponse faite par la commission. Un nouveau texte sera voté par le Conseil Municipal, probablement fin juillet 2015, prenant compte de demandes faites lors de l’enquête et plus tard .

A partir de ce moment par contre, il sera possible pendant deux mois d’introduire des recours contre telle ou telle disposition du texte voté. Au-delà de ces deux mois, les recours ne seront plus possibles.

Soyons donc vigilants dès que le projet soumis au vote sera connu pour vérifier son contenu et décider d’introduire ou non, des recours.

La Commission Urbanisme du CIQ

Pierre Rabhi à Aix-en-Provence pour l’ouverture des Journées du film sur l’environnement.

A l’invitation d’Image de ville, Pierre Rabhi sera présent jeudi 16 avril à la Cité du livre – amphithéâtre de la verrière. L’agriculteur – poète, qui ne cesse de transmettre son amour de la terre et son savoir-faire agro-écologique, rencontrera les jeunes à 14h (séance destinée au public scolaire), et donnera une conférence en soirée sur le rôle du paysan dans la société d’aujourd’hui, à partir de 20h30, en complicité avec le philosophe Thierry Paquot.

Pierre Rabhi

Les réservations sont closes pour la soirée d’ouverture des Journées du film sur l’environnement avec la conférence de Pierre Rabhi.

La conférence sera retransmise en direct et à l’extérieur de l’amphithéâtre de la Verrière.

Des places* seront mises à disposition le soir-même, une file d’attente sera ouverte aux personnes n’ayant pas de réservations.

L’accueil ouvrira à 19h30.

*en fonction des disponibilités

Pour toutes informations supplémentaires, veuillez consulter le site Image de Ville : www.imagedeville.org

Plan Local d’Urbanisme – la position du CIQ de Puyricard – Février 2012

CIQ de Puyricard 01/02/2012 : Position du C.I.Q. de Puyricard sur le projet de PLU

1 – Orientations générales d’aménagement à long terme

  • Les habitants de Puyricard sont attachés avant tout au maintien du caractère « village », résidentiel et rural du plateau.
  • Les aménagements futurs ne doivent se faire qu’en préservant ce caractère.
  • Les espaces naturels et agricoles doivent être préservés. 2 – Impact des grands projets dans le quartier.
  • L’achèvement d’un projet dans le centre du village (Les Arnaudes) va entraîner des modifications autour de la place de l’Eglise. Le CIQ entend participer avec les Services de la ville à la définition des aménagements nécessaires.
  • Les Fusains : ce projet prévoit une densité d’habitations très supérieure à la situation d’aujourd’hui et aggravera les difficultés actuelles de circulation. Il dénature le quartier et le CIQ de Puyricard y est opposé.
  • Les extensions éventuelles des zones urbanisées ne doivent pas se faire sur des surfaces agricoles actuellement exploitées.
  • La suppression du passage à niveau de La Calade : le projet de déviation de la RD7 N, dit « tracé N°6 » dégraderait de façon irrémédiable le quartier de La Calade. Il est très onéreux et sa durée estimée de réalisation laisse subsister pendant plusieurs années la dangerosité actuelle. Les CIQ de Célony, Puyricard et Venelles ont demandé sa révision et proposé une autre solution, plus rapide, moins chère et plus soucieuse de l’environnement, sans aucune réaction à ce jour des pouvoirs publics sollicités.
  • L’aménagement de tout le secteur de La Calade doit être pensé dans son ensemble, et non pas par étapes successives non coordonnées.3 – Quels développements de l’urbanisation ?
  • Les droits à construire acquis dans le POS actuel doivent être maintenus.
  • Aucune construction nouvelle ne doit être envisagée avant d’avoir étudié préalablement les questions d’accès aux services publics, d’impact sur la circulation et d’accès aux commerces de première nécessité.
  • Les constructions nouvelles sont à réaliser en priorité à côté d’habitations existantes et l’habitat individuel doit être privilégié.
  • Le bâti rural agricole existant ne pourra être aménagé que pour la poursuite d’une activité agricole.
  • Les terrains actuellement classés en zone NB doivent rester constructibles pour l’implantation de nouvelles maisons individuelles, à réaliser sur des parcelles contiguës à d’autre déjà bâties, disposant d’un approvisionnement en eau et dont la superficie, de 2.500 m2 minimum, permette un assainissement autonome conforme aux nouvelles normes
  • De petites parcelles, de 2.500 m2 minimum, classées en zone agricole, mais en jachère sur une longue durée pourraient être déclassées et devenir constructibles, dans la mesure où elles sont dotées des raccordements aux divers réseaux publics et jouxtent des parcelles déjà construites.4 – Zones d’activité dans les secteurs existants et extensions potentielles
  • Le maintien des commerces existants aujourd’hui dans le centre du village est essentiel pour que Puyricard ne devienne pas exclusivement un « village-dortoir ».
  • Des activités tertiaires nouvelles peuvent être envisagées dans certains secteurs bien desservis.5 – Contraintes de circulation
  • Compte tenu de l’éloignement des habitants de Puyricard des zones d’emploi et du centre d’Aix, les déplacements sont nombreux et souvent indispensables.
  • Les bouchons actuels sur plusieurs axes de la CPA, notamment sur Célony, La Chevalière et Entremont, liés en partie à l’absence de liaisons directes avec les zones d’emploi, sont des freins importants pour l’ensemble des déplacements autour d’Aix.
  • La dangerosité des voies routières les plus utilisées par les Puyricardens ( D 14 A, D 63, accès à la RN 296, RD 7 N) exige une amélioration rapide de l’état des chaussées, la suppression des points noirs les plus dangereux et l’instauration de limitation de vitesse qui soient controlées.
  • La mise en sécurité des accès à la RN 296 est une priorité, d’autant plus urgente en raison du développement prévisible de la circulation autour du parking Brunet..
  • Le désenclavement des riverains de la RN 296 est indispensable pour la sécurité deleurs déplacements et celle des usagers de la sortie de la RN 296 vers la D14.
  • La dangerosité du passage à niveau de La Calade peut être corrigée à bref délai et pour un coût minime, sans nécessiter la réalisation du projet actuel (dit : « tracé N°6 »).
  • Des liaisons routières transversales (Est-Ouest) faciliteraient les déplacements en évitant les centres urbanisés d’Aix et de Puyricard.
  • Les trafics de transit des poids lourds sur la RD7N et la RN 296, générateurs de pollutions multiples (bruit, pollutions chimiques) devraient être repoussés loin des habitations et utiliser les nouveaux itinéraires Iter.6 – Centralité et aménagement d’ensemble du quartier
  • Il est essentiel de conserver à la place de l’Eglise et des Anciens Combattants son caractère actuel et en particulier son marché d’alimentation hebdomadaire.
  • Tout aménagement nouveau dans le centre du village doit préserver ce caractère et permettre de réduire l’espace occupé actuellement par les divers véhicules.7 – Espaces agricoles et naturels
  • Il faut sauvegarder et développer les activités agricoles actuelles et limiter les activités non agricoles dans ces zones, sans compromettre l’activité des commerces du village.
  • Pas de construction non-agricole dans les zones agricoles. 8 – Valorisation du patrimoine paysager et architectural
  • Les espaces verts actuels doivent être préservés.
  • Maintien des « coupures vertes » et des espaces boisés y compris dans les partiesactuellement construites (centre du village, « Village du Soleil »,…).
  • Les constructions nouvelles doivent respecter le caractère régional, l’existant local et ne pas excéder R+1.
  • Le domaine du Grand St Jean dans son ensemble (château, dépendances, jardins,…) doit être sauvegardé et son usage optimisé par des manifestations mettant en valeur la culture et la nature des lieux.
  • Le « petit patrimoine » (moulins, oratoires,…) doit être préservé et mis en valeur par la mise en place d’itinéraires découverte en mode doux (à pied ou à vélo).
  • La lutte contre les diverses nuisances et incivilités doit être intensifiée, par leur impact important sur la qualité de vie des résidents (nuisances sonores nocturnes, aériennes, de voisinage, bruits d’engins motorisés divers), dépôts anarchiques de déchets, intrusions dans les propriétés, chapardage de récoltes, etc . Cette lutte doit concerner le centre du village, comme les zones de campagne et les espaces boisés.
  • Il manque à Puyricard un centre d’apport volontaire de déchets comme celui qui existe à Venelles et qui pourrait être implanté à La Calade.
  • L’absence quasi-totale actuelle de toute autorité sur place laisse aujourd’hui le champ libre à ces diverses nuisances et incivilités. Un garde-champêtre serait très utile dans ces domaines.10 – Transports collectifs , circulation des piétons et modes « doux »
    • Continuer le développement des transports par bus
    • Améliorer l’utilisation du potentiel ferroviaire existant
    • Prévoir des itinéraires piétons/vélos permettant de circuler en sécurité.
    • Aménager des circuits permettant aux piétons et aux PMR de circuler en sécurité dans le centre du village.11 – Risques naturels
      • Incendie : faire respecter les mesures de sécurité dans les espaces boisés
      • Inondation : les aléas doivent être quantifiés et les cartes des risques hydro géomorphologiques mises à jour de manière identique dans tous les quartiersconcernés.
      • Réseaux d’alimentation de quartier (pour mémoire).
      • Recours juridiques en cours
        • L’association ABVAF (riverains des Fusains) conteste devant le Tribunal Administratif la modification du POS de ce secteur.
        • Procès en cours concernant les terres d’Antonelle, sur l’emprise projetée de la déviation de la RD 7N (« tracé n° 6 ») à La Calade.*****

M de Malartic